21 étapes
1 commentaire
2
L'Etna majestueux. Et autour, des villages perchés, des villes avec un patrimoine exceptionnel, des criques idylliques, des îles volcaniques. La Sicile, l'île aux 3 mers, a tout pour séduire.
Du 3 au 24 septembre 2019
22 jours
Partager ce carnet de voyage
J1

Nous profitons d'une nouveauté 2019, l'ouverture d'une liaison par ferry entre la France et la Sicile, et ceci à un prix très compétitif. De ce fait, sauf à vouloir visiter l'Italie en descendant, l'itinéraire routier ne se justifie plus en raison du kilométrage et du coût en carburant et en péage pour l'autoroute et pour la traversée du golfe de Messine.

Le 3 septembre, nous embarquons donc à Toulon sur le bateau "Mega Express 5" de la compagnie Corsica Ferries. La traversée dure 21 h30 (y compris une escale en Sardaigne).

Toulon - Bateau "Mega Express 5" de la compagnie Corsica Ferries
Toulon - Bateau "Mega Express 5" de la compagnie Corsica Ferries
Pont supérieur du ferry
Pont supérieur du ferry
Piscine sur le pont supérieur du ferry
Piscine sur le pont supérieur du ferry
J2

TRAPANI

Notre bateau arrive par la côte ouest de l'île. Il entre dans le port de Trapani dont l'entrée est gardée par le Castello della Colombaia (ou Torre Peliade), une forteresse médiévale. A l'approche des quais, nous apercevons le dôme vert et les deux clochetons roses de l'église St François d'Assise.

Trapani - Castello della Colombaia (ou Torre Peliade)
Trapani - Castello della Colombaia (ou Torre Peliade)
Trapani - Eglise St François d'Assise
Trapani - Eglise St François d'Assise

Après avoir débarqué, nous partons visiter la vieille ville qui s'étend de part et d'autre du Corso Vittorio Emanuele. Parmi les nombreux palais et églises que nous y découvrons, citons le Palazzo Cavarretta, la Cattedrale di San Lorenzo, la Chiesa del Collegio dei Gesuiti, la Chiesa di San Agostino,

Trapani - Via San Francesco d'Assisi
Trapani - Via San Francesco d'Assisi
Trapani - Corso Vittorio Emanuele
Trapani - Corso Vittorio Emanuele
Trapani - Palazzo Cavarretta
Trapani - Palazzo Cavarretta
Trapani - Arche joignant la Cattedrale di San Lorenzo
Trapani - Coupole de la Cattedrale di San Lorenzo
Trapani - Chiesa del Collegio dei Gesuiti
Trapani - Cattedrale di San Lorenzo
Trapani - Cour dans le Corso Vittorio Emanuele
Trapani - Chiesa di San Agostino et Fontana di Saturno
Trapani - Cour dans le Corso Vittorio Emanuele
Trapani - Cour dans le Corso Vittorio Emanuele
Trapani - Façade dans le Corso Vittorio Emanuele
Trapani - Spiaggia delle Mura di Tramontana


En dehors des murs, côté nord, une grande plage : la Spiaggia delle Mura di Tramontana.

A la pointe ouest, depuis le lazaret situé à l'extrémité du port, la vue porte, côté mer, sur le Castello della Colombaia et, côté terre, sur le port de pêche, la ville et la montagne.

Trapani - Castello della Colombaia
Trapani - Vue depuis le port
Trapani - Vue depuis la route montant à Erice

Quelques courses dans les faubourgs de Trapani (nous avions dû vider le frigo du camping-car pour le passage en bateau), puis nous empruntons la petite route en lacets qui s'élève au-dessus de la ville en direction d'Erice.

Au loin, se profile la silhouette de Favignana, la plus grande des îles Egades.

Trapani - Vue depuis la route montant à Erice
Erice - Bivouac vers la Porta Spada


Pour le bivouac un petit parking d'altitude vers la Porta Spada, une des deux portes d'accès à Erice.

Nuit au calme et au frais. Emplacement pratique pour visiter la vieille ville le lendemain.

J3

ERICE

Perchée à 750 m d'altitude, Erice est souvent enveloppée par la brume. Au petit matin, il règne une ambiance mystérieuse dans les ruelles de cette cité médiévale.

Erice - Via Gian Filippo Guarnotti
Erice - Via Notar Salerno
Erice - Chiesa di San Giuliano

Lorsque nous atteignons le Castello di Venere, le château situé à l'extrême pointe de la montagne, les nuages s'élèvent et la vue se dégage en direction de la mer. Au pied de la montagne, la ville de Trapani derrière laquelle s'étendent les salines.

De l'autre côté, se dressent les Torri del Balio, des tours qui servaient de défense avancée du château. Et sur un piton rocheux en contrebas, la Torretta Pepoli, un mini-château qu'avait fait construire le baron Agostino Pepoli.

Erice - Vue sur Trapani et les salines
Erice - La Torri del Balio et la Toretta Pepoli vues depuis le Castello

A l'intérieur de la cité, il fait bon se perdre dans le dédale des rues pavées, quasi désertes avant l'arrivée des bus de touristes.

Erice - Piazza S. Domenico
Erice
Erice - Piazza S. Domenico
Erice - Piazza S. Domenico
Erice - Via Vittorio Emanuele
Erice - Via Vito Carvini
Erice - Chiesa Madre
Erice - Rosace de la Chiesa Madre
Erice
Erice - Chiesa di Sant'Orsola
Erice - Quartier espagnol


Côté nord, un peu à l'écart, le Quartiere Spagnolo, qui abritait des garnisons de soldats espagnols au 17e siècle.

On y découvre un magnifique panorama sur l'arrière pays et la côte.

Erice - Vue depuis le quartier espagnol
Grotte de Mangiapane

GROTTE MANGIAPANE

Cette grotte située près de la côte, au pied du Monte Cofano, abrite un petit village rural que l'on peut visiter. Une ruelle bordée de maisons de style mexicain mène au fond de la grotte.

Grotte de Mangiapane
Grotte de Mangiapane
Grotte de Mangiapane
Grotte de Mangiapane
Grotte de Mangiapane
Grotte de Mangiapane

MONTE COFANO

Classée réserve naturelle, cette montagne qui culmine à 659 m, , est située entre le golfe de Bonagia à l'ouest et le golfe de Cofano à l'est.

Golfo di Cofano
Monte Cofano
Golfo di Cofano

CAPO SAN VITO

Depuis le phare situé à l'extrémité du cap, la vue porte sur la baie et la ville de San Vito Lo Capo, station balnéaire qui s'étale au pied du Monte Monaco.

Phare de Capo San Vito
Baie de San Vito Lo Capo et Monte Monaco

Nous contournons cette montagne par le côté est. La route s'arrête au parking de l'entrée nord de la réserve du Zingaro.

Vers l'entrée nord de la réserve du Zingaro

C'est un peu tard pour visiter. Finalement, nous préférons nous rendre à l'entrée sud dotée d'un parking en surplomb de la mer, plus agréable pour bivouaquer. Pour y trouver une place, il faut y venir en fin de journée ou très tôt le matin. Par le sentier côtier de la réserve, il n'y a que 6 km entre les deux entrées, mais par la route il faut faire un contour de 56 km.

J4

RÉSERVE DU ZINGARO

La nuit a été très calme. Le soleil se lève sur la mer. Nous entrons dans la réserve dès l'ouverture pour éviter la foule et la chaleur du milieu de journée.

Vers l'entrée sud de la réserve du Zingaro
Entrée sud de la réserve du Zingaro

Une agréable balade sur ce sentier qui surplombe la mer.

Sicile - Riserva Naturale dello Zingaro
Riserva Naturale dello Zingaro
Riserva Naturale dello Zingaro
Lézard dans la Riserva Naturale dello Zingaro
Riserva Naturale dello Zingaro
Riserva Naturale dello Zingaro

A mi-parcours, nous descendons vers Cala della Disa, une très jolie crique où nous pouvons nous baigner dans une eau cristalline.

Riserva Naturale dello Zingaro
Riserva Naturale dello Zingaro - Cala della Disa
Riserva Naturale dello Zingaro - Cala della Disa

Nous partons de la réserve en début d'après-midi. Depuis la route qui longe le golfe de Castellamare, un dernier coup d'œil, avant de quitter la mer, sur cette côte montagneuse qui plonge dans la Mer Tyrrhénienne.

Vers Calatafimi, nous montons à Pianto Romano, un monument situé sur une colline où l'on découvre une vue panoramique sur Calatafami et les collines environnantes.

Golfo di Castellammare
Calatafimi vue depuis Pianto Ramano
Vue depuis Pianto Ramano

SEGESTE

Temple de Segeste

Construit en 430 avant J-C, le temple de Segeste (Segesta en italien) a encore de beaux restes. Ce monument majestueux se dresse dans son isolement à quelques kilomètres de Calatafami.

Temple de Segeste
Temple de Segeste
Temple de Segeste

Partant de l'entrée du site archéologique, une route grimpe jusqu'au théâtre antique. On peut s'y rendre en navette. Depuis cette route, on a une belle vue d'ensemble du temple situé en contrebas. Depuis le théâtre la vue porte sur la vallée et la mer dans le lointain.

Temple de Segeste
Théâtre de Segeste
Vue depuis le théâtre de Segeste

Bizarre, cette autoroute qui zigzague. Serait-ce un tracé qui contourne les propriétés de mafieux, comme, l'avons-nous appris, cela est le cas entre Palerme et l'aéroport ?

Bon, évitons de poser des questions embarrassantes et poursuivons notre route. Nous passons par la ville d'Alcamo dans laquelle nous trouvons une fontaine publique pour remplir notre réserve d'eau. Il faut patienter, car les locaux viennent y remplir nombre de jerricans.

En soirée nous arrivons au bord de la mer à Alcamo Plage où nous bivouaquons. C'est un peu animé le soir, mais plus tard dans la nuit, ça se calme. Du moins à cette époque.

J5

ALCAMO PLAGE

Au matin, nous découvrons la belle plage de sable au bord de laquelle nous nous sommes posés de nuit. Derrière les vagues qui s'écrasent à nos pieds, se profile la majestueuse silhouette montagneuse du Capo San Vito.

Alcamo plage
Alcamo plage

Un trajet de 63 km, par l'autoroute qui suit la côte, nous permet de rejoindre la capitale de l'île.

PALERME

Nous nous rendons directement à l'aire camping-car située au pied du Monte Pellegrino. C'est fermé et sécurisé et relativement calme et surtout, il y a une ligne de bus à côté pour rejoindre le centre ville.

VOYAGER EN BUS dans les villes siciliennes : Autant vous prévenir tout de suite, c'est un peu la galère ! Pas de plan du réseau - la fréquence de passage est faible - la ponctualité est inexistante - on peut attendre très longtemps à une station sans jamais voir passer le bus recherché. Et ne comptez pas sur les locaux ni même sur la police pour vous vous donner une information fiable. Bref, soyez patient ou faites de la marche à pied, ça va souvent plus vite.

Bon, là on est un peu loin du centre. Pour notre 1er trajet, on n'attend le bus que 3/4 d'heure. La chance ?

Et nous voilà arrivés dans le quartier de la Kalsa.

Partant de la Chiesa di Santa Maria della Catena, nous marchons jusqu'à la Porta Felice, que nous franchissons pour suivre la Passeggiata delle Cattive, un lieu de promenade sur la courtine du mur d'enceinte de la ville.

Palerme - Chiesa di Santa Maria della Catena
Palerme - Porta Felice
Palerme - Passeggiata delle Cattive
Palerme - Passeggiata delle Cattive

Nous nous enfilons ensuite dans les ruelles de ce quartier qui renferme nombre d'églises et de palais. Entre autres, la Chiesa di Santa Maria della Pietà, la Basilica San Francesco d'Assisi, la Chiesa di Sant'Anna della Misericordia, le Palazzo Chiaramonte Steri, pour ne citer que quelques monuments.

Palerme - Via Butera
Palerme - Chiesa di Santa Maria della Pietà
Palerme - Giardino Garibaldi - Ficus magnolioide
Palerme - Palazzo Chiaramonte Steri
Palerme - Via Butera
Palerme - Via Sant'Anna
Palerme - Via Merlo
Palerme - Basilica San Francesco d'Assisi
Palerme - Piazza Sant'Anna - Chiesa di Sant'Anna della Misericordia
Palerme - Via Principe di Resuttana

Puis nous arrivons sur la Piazza Bellini où se dressent 3 églises de styles différents : la Martonara, San Cataldo avec ses 3 petites coupoles roses et la Chiesa di Santa Caterina d'Alessandria. Un mélange d'architecture orientale et occidentale.

Palerme - Piazza Bellini - La Martonara
Palerme - Piazza Bellini - La Martonara et San Cataldo
Palerme - Piazza Bellini - San Cataldo
Palerme - Piazza Bellini - Chiesa di Santa Caterina d'Alessandria

Sur l'autre côté de la Chiesa di Santa Caterina, se trouve la Piazza Pretoria et sa grande fontaine entourée de statues que l'on doit au sculpteur florentin Francesco Camilliani.

Palerme - Piazza Pretoria
Palerme - Fontaine de la Piazza Pretoria
Palerme - Sculptures de la fontaine de la Piazza Pretoria
Palerme - Sculpture de la fontaine de la Piazza Pretoria
Palerme - Sculptures de la fontaine de la Piazza Pretoria
Palerme - Sculpture de la fontaine de la Piazza Pretoria

A quelques pas, se trouvent les Quattro Canti , les " quatre coins " formés par l'intersection entre la Via Vittorio Emanuele et la Via Maqueda, les deux artères principales de Palerme. Cette place, la Piazza Vigliena, est entourée par les façades concaves de quatre palais du 17e siècle dans lesquelles nichent les statues de vice-rois espagnols et des quatre saintes de Palerme.

Palerme - Les Quattro Quanti (Piazza Vigliena)
Palerme - Pied de réverbère aux Quattro Quanti (Piazza Vigliena)
Palerme - Les Quattro Quanti (Piazza Vigliena)

Une déambulation dans la Via Vittorio Emanuele s'impose. Bien sûr, il y a beaucoup de boutiques à touristes, mais pas que... Il faut s'enfiler dans les cours des palais et dans les places et ruelles adjacentes.

Palerme - Via Vittorio Emanuele
Palerme - No Mafia Memorial
Palerme - Piazza Bologni
Palerme - Piazza Bologni - Palazzo Alliata di Villafranca
Palerme - Palazzo Castrone
Palerme - Vicolo Castelnuovo

Le long de cette grande artère, on découvre l'imposante Cathédrale de Palerme. Maintes fois remaniée au cours des siècles, son style composite n'enlève rien à sa majestuosité.

Palerme - La Cathédrale
Palerme - La Cathédrale
Palerme - La Cathédrale
Palerme - La Cathédrale

Et au bout de la Via Vittorio Emanuele, le Palais des Normands (Palazzo dei Normanni). Pour visiter, on pénètre dans la cour intérieure entourée de trois niveaux de galeries. Pour se rendre dans les appartements royaux, il faut grimper au 2ème étage. Le salon Hercule qui sert de salle de réunion au parlement sicilien ne peut être visité qu'en dehors des sessions.

Palerme - Palazzo dei Normanni - La cour intérieure
Palerme - Carrosse dans le Palazzo dei Normanni
Palerme - Palazzo dei Normanni - salon d'Hercule dans les appartements royaux
Palerme - Palazzo dei Normanni - Galerie d'accès à la Cappella Palatina

Néanmoins, c'est au 1er étage que se situe le véritable joyau à ne surtout pas manquer si vous venez à Palerme : la CAPPELLA PALATINA (Chapelle Palatine). Le mur de la galerie qui en donne l'accès est recouvert de plaques de marbre entourées de pierres précieuses surmontées par de magnifiques mosaïques.

Mais passé la porte on est époustouflé par ce que l'on voit à l'intérieur. Les mots me manquent pour décrire un tel trésor. Je vous laisse découvrir en images...

Palerme - Cappella Palatina
Palerme - Cappella Palatina
Palerme - Cappella Palatina
Palerme - Cappella Palatina
Palerme - Cappella Palatina

Pour retourner à l'aire camping-car, c'est beaucoup moins cool. Après avoir attendu une bonne heure, en vain, la navette gratuite desservant le centre historique (fréquence annoncée : toutes les 11 minutes), nous nous enfilons à pied la longue Via Vittorio Emanuele pour reprendre le bus 107 que nous attendons 3/4 d'heures. C'est ainsi en Sicile. Il faut s'en accommoder.

J6
Palerme - Vue depuis la Via Bonanno Pietro

Ce matin, nous voulons monter au Monte Pellegrino. La route d'accès démarre tout près de notre aire camping-car mais elle est fermée aux voitures en raison des pèlerinages de Sainte Rosalie qui s'y déroulent pendant les week-ends de septembre. Aïe aïe aïe, il va falloir prendre le bus !

Eh bien, cette fois pas de problème, les bus se succèdent pour emmener les pèlerins. La route en lacets nous offre de belles vues sur Palerme, puis le bus nous dépose au sanctuaire.

SANTUARIO DI SANTA ROSALIA

Pour les palermitains, c'est l'équivalent de Lourdes. Ici, dans une grotte, vécut Sainte Rosalie dont les ossements furent retrouvés après une apparition miraculeuse. Ceux-ci furent portés en procession à Palerme, ce qui fit cesser la peste qui ravageait la ville. Dans la grotte, Les fidèles viennent se recueillir devant la statue de la sainte et quelques reliques. Au plafond, des gouttières en zinc collectent l'eau miraculeuse qui suinte du rocher.

Palerme - Santuario di Santa Rosalia - Entrée de la grotte
Palerme - Santuario di Santa Rosalia
Palerme - Santuario di Santa Rosalia - Statue à l'entrée de la grotte
Palerme - Santuario di Santa Rosalia - Statue et reliques de la sainte
Palerme - Santuario di Santa Rosalia - Dans la grotte
Palerme - Santuario di Santa Rosalia - Gouttières en zinc dans mla grotte

MONTE PELLEGRINO

Pour atteindre le belvédère (altitude 458 m) depuis le sanctuaire, il faut marcher 1,3 km. Les bus vont y faire demi-tour en plus d'une petite pause mais ils refusent de nous emmener. Après tout, un splendide panorama sur la baie de Palerme ça se mérite !

Palerme - Belvedere di Monte Pellegrino
Palerme - Belvedere di Monte Pellegrino - Golfo di Palermo

PALERME - suite

Dans l'après-midi, retour dans le centre historique pour compléter notre visite d'hier. Nous essayons une autre ligne de bus. Tout se passe bien cette fois et nous descendons vers le Teatro Massimo, un des plus grands théâtres lyriques d'Europe.

Palerme - Teatro Massimo
Palerme - Via Gioacchino Rossini
Palerme - Teatro Massimo - Statue au-dessus de l'escalier d'entrée
Palerme - Teatro Massimo
Palerme - Teatro Massimo - Statue au-dessus de l'escalier d'entrée

Depuis cette place, partent des petites ruelles piétonnes bordées de boutiques et de cafés. Nous empruntons la Via dell'Orologio. Dans son enfilade, se dresse un des clochers de l'église Sant'Ignazio all'Ollivella.

Palerme - Via Orologio
Palerme - Chiesa di Sant'Ignazio all'Olivella

En soirée, nous trouvons un petit resto dans ce secteur. Pour repartir, nous voulons reprendre la même ligne de bus qu'à l'aller. Après une attente interminable à l'arrêt de bus, nous finissons par apprendre que cet arrêt n'est pas desservi actuellement. Et nouvelle galère pour retrouver la ligne de bus d'hier. Puis nouvelle attente (seulement 1/2 h cette fois).

J7
Poubelles vers Mondello

Ce matin, nous quittons Palerme par la côte, direction nord. En bord de route, les poubelles débordent des containers. C'est habituel en Sicile. Et ce n'est rien, car en dehors des emplacements prévus, on trouve des sacs poubelles et des détritus un peu partout au bord des routes. Au début, ça surprend, puis on finit par s'y habituer.

Problème de gestion et de ramassage des déchets contrôlés par la mafia ? d'incivilité de la population ? Probablement les deux. Dommage pour cette île magnifique qui mérite mieux.

Nous atteignons Mondello, station balnéaire très fréquentée en été par les palermitains. Nous ne nous y attardons pas, car toutes les places de stationnement sont payantes et on ne trouve pas d'horodateur, même avec l'aide de touristes italiens confrontés aux mêmes difficultés. Encore un mystère....

MONREALE

Monreale - Vue sur la Conca d'Oro

A l'intérieur des terres, à proximité de Palerme, Monreale domine la Conca d'Oro (coquille d'or), une vallée ainsi nommée car on y cultivait beaucoup d'agrumes avant l'extension urbaine de Palerme. Ce sont surtout sa cathédrale et son cloître qui attirent de nombreux visiteurs dans ce village perché.

Au 12e siècle, Guillaume II a fait construire cette cathédrale d'architecture arabo-normande. La beauté intérieure rappelle la chapelle Palatine de Palerme avec laquelle il voulait rivaliser.

Monreale - Piazza Vittorio Emanuele - La Cathédrale
Monreale - La Cathédrale
Monreale - La Cathédrale
Monreale - Arco degli Angeli
Monreale - La Cathédrale
Monreale - La Cathédrale
Monreale - La Cathédrale
Monreale - Piazza Vittorio Emanuele - La Cathédrale

Le cloître, attenant à la cathédrale, avec ses alignements de colonnettes ornées de dessins géométriques en mosaïque, les chapiteaux sculptés qui les surmontent et les arcades qui les relient, constituent un ensemble de toute beauté.

Monreale - Le cloître
Monreale - Le cloître
Monreale - Le cloître
Monreale - Le cloître
Monreale - Le cloître
Monreale - Le cloître
Monreale - Le cloître
Monreale - Le cloître

ARRIÈRE-PAYS PALERMITAIN

Partant de Monreale, nous pénétrons dans l'arrière-pays. La route s'élève au-dessus de la vallée puis elle nous fait découvrir un bel ensemble de montagnes aux formes douces et arrondies.

Vue depuis la SP5 entre Altofonte et Piana degli Albanesi

Quelques localités intéressants le long de ce circuit :

- Piana degli Albanesi et son lac artificiel entouré de montagnes

- Ficuzza et son Palazzo Reale (pavillon de chasse de Fernad III de Bourbon) qui se prolonge par le parc royal et le bois de la Ficcuza.

- Cefalà Diana et son château du 13e siècle et non loin de là, les Bains arabes.

Lac de Piana degli Albanesi
Palazzo Reale de Ficuzza
Cefalà Diana et son château
Château de Cefalà Diana
Bains arabes vers Cefalà Diana

Notre boucle et notre journée s'achèvent à Santa Flavia (en bord de mer) au camping Olimpo où nous retrouvons des amis camping-caristes avec qui nous avons prévu de poursuivre ce roadtrip.

J8
Santa Flavia - Lever de soleil au camping Olimpo

Depuis notre emplacement en terrasse avec vue sur mer, nous assistons au lever du soleil.

Nous quittons le camping et partons visiter un site archéologique situé à quelques kilomètres.


SOLUNTO

Les ruines de Solunto occupent une colline offrant une vue étendue sur le golfe de Termini Imerese. Depuis le 7e siècle, ce site s'est vu occupé successivement par les carthaginois, les grecs puis les romains.

Solunto - Site archéologique - Vue sur le golfe de Termini Imerese
Solunto - Site archéologique - Thermes
Solunto - Site archéologique - Sculpture représentant Silenus
Solunto - Site archéologique - Mosaïque
Solunto - Site archéologique - Poterie
Solunto - Site archéologique - Vue sur le golfe de Termini Imerese

A l'extrémité nord du site, il y a un beau point de vue sur le cap Zafferano et son promontoire rocheux.

Solunto - Site archéologique - Vue sur le cap Zefferano
Solunto - Site archéologique - Vue sur le cap Zefferano
Figuier de Barbarie

CEFALÙ

Au pied d'un autre promontoire rocheux (55 km plus à l'est) se blottit la station balnéaire de Cefalù. Cet ancien port de pêche médiéval, avec son air de carte postale, attire de nombreux touristes qui déambulent dans le dédale de ses rues piétonnes.

Cefalù
Cefalù
Cefalù
Cefalù
Cefalù
Cefalù - La cathédrale

SANCTUAIRE DE GIBILMANNA

Sanctuaire de Gibilmanna

Nous quittons Cefalù par une route qui grimpe dans la montagne. A 800 m d'altitude, nous faisons halte au Sanctuaire de Gibilmanna. Bel endroit pour bivouaquer. Très tranquille la nuit avec, en prime, un magnifique point de vue sur la mer.

Vue depuis le Sanctuaire de Gibilmanna
Sanctuaire de Gibilmanna
J9

PARC NATUREL DES MADONIES

Arrivée sur Isnello

Au matin, nous reprenons la route à travers la montagne. Au détour d'un virage, nous découvrons le petit village d'Isnello et ses maisons resserrées. C'est une des portes d'entrée du parc naturel des Madonies dont les sommets se profilent à l'arrière-plan.

Vue sur Isnello
Vue sur Isnello et le parc naturel des Madonies

Au sud, à l'autre extrémité du parc, deux pittoresques villages perchés : Petralia Sottana (village du bas) et Petralia Soprana (village du haut, à 1147 m d'altitude).

Petralia Sottana
Petralia Soprana
Petralia Soprana

D'autres villages ponctuent notre circuit en boucle dans ce parc naturel, tels que Geraci Siculo dont nous arpentons les ruelles pavées qui montent aux ruines du château.

Geraci Siculo - Vue sur le village de San Mauro Castelverde
Geraci Siculo
Geraci Siculo - Vue sur le cimetière

Un peu plus loin, Castelbuono d'où émerge la silhouette massive du château du 14e siècle avec ses tours carrées.

Castelbuono
Castelbuono et son château

Après cette belle excursion en altitude, nous redescendons vers la mer et prenons l'autoroute qui longe la côte en direction de l'Est.

CAPO DI MILAZZO

Capo di Milazzo

Nous arrivons vers la pointe de ce cap en fin de journée. Un sentier nature qui surplombe la mer nous permet d'atteindre la "Piscina di Venere", une petite crique où un creux se remplit d'eau à marée haute. Tout en admirant le coucher du soleil depuis cette piscine naturelle, nous prenons un bain qui se prolonge en bain de nuit. Un vrai plaisir. Nous avions bien fait d'emporter une lampe frontale pour le retour.

Capo di Milazzo - Piscina di Venere
Capo di Milazzo

Nous pensions passer la nuit à l'aire camping-car de Milazzo, mais la porte d'accès est fermée la nuit et nous arrivons trop tard. Nous nous rabattons sur un petit parking isolé en bord de mer à proximité de la Marina.

J10

MILAZZO

Golfe de Milazzo

Au réveil, nous découvrons le golfe de Milazzo au bord duquel nous sommes arrivés de nuit. Dommage qu'il soit défiguré par une grande raffinerie installée sur le littoral.

C'est de Milazzo qu'on embarque pour les Îles Eoliennes. Lors du départ en bateau, on a une vue d'ensemble de la ville de laquelle émergent sa citadelle, son château et le dôme de sa vieille cathédrale.

Milazzo

VULCANO

Île de Vulcano

Nous avons prévu de consacrer la journée à la visite de Vulcano, l'île la plus proche de Milazzo. Comme son nom l'indique, c'est une île volcanique. Les fumerolles s'échappant ci et là des pentes de l'île en témoignent.

Après 50 minutes de traversée, nous débarquons sur l'île.

Fumerolle sur l'île de Vulcano
Navette entre Milazzo et Vulcano
Vulcano - Consignes de sécurité avant l'ascension du volcan

Née de la fusion de plusieurs volcans, l'île est dominée par le plus grand et le plus actif d'entre eux, Vulcano della Fossa. L'ascension du cratère s'effectue par un sentier qui grimpe en lacet à flanc de montagne.

Vulcano della Fossa
Vulcano - Montée au volcan
Vulcano - Sentier d'accès au volcan

Au bord du cratère, le spectacle des fumerolles qui colorent la roche en jaune en formant des cristaux de soufre nous fait ressentir la dangerosité de ce volcan qui sommeille et peut se réveiller brusquement. Son éruption peut être violente. La dernière remonte à la fin du 19e siècle. On parle d'éruption "vulcanienne" en référence au nom "Vulcano".

Vulcano - Fumerolles au bord du cratère
Vulcano - Dépôts de soufre
Vulcano - Cristaux de soufre
Vulcano - Fumerolles à l'extérieur du cratère
Vulcano - Fumerolles à l'intérieur du cratère

L'intérieur du cratère forme un grand entonnoir à fond plat. Nous ne prenons pas le risque d'y descendre et nous nous contentons d'en faire le tour par la crête.

Vulcano - Intérieur du cratère
Vulcano - Intérieur du cratère
Vulcano - Intérieur du cratère

Du point le plus haut (499 m), on jouit d'un magnifique panorama sur les six autres îles éoliennes, dont Lipari (en premier plan) et Stromboli (plus lointaine), pour ne citer que les deux plus connues.

Vulcano - Vue sur les îles éoliennes depuis le sommet du cratère

De retour au pied du volcan, nous nous rendons sur la Spiagge Nere (plage de sable noir) et embarquons sur un petit bateau pour une excursion autour de l'île avec quelques pauses dans des criques abritées nous permettant de piquer une tête dans l'eau chaude et transparente de la Mer Tyrrhénienne.

La journée sur l'île s'achève au restaurant avant de reprendre la navette pour Milazzo. Nous rejoignons ensuite l'aire camping-car de Milazzo où nous avions déposé les véhicules le matin avant notre départ. L'endroit est calme, sécurisé et assez proche du port.

J11

En suivant la côte depuis Milazzo jusqu'à la pointe nord-est de la Sicile, nous atteignons le Capo Peloro.

TORRE FARO

Sur la côte sud du cap, le village de Torre Faro étale ses plages à l'entrée du détroit de Messine.

Plage de Torre Faro
Torre Faro

Vers Messine, nous montons au col San Rizzo puis nous empruntons une route qui suit la crête de la montagne et nous emmène au Sanctuaire de Maria Santissima Dinnamare.

MONTE ANTENNAMMARE

Monte Antennammare

C'est au sommet de cette montagne, à 1127 m d'altitude, que ce situe le sanctuaire d'où l'on découvre un panorama magnifique.

A l'ouest, la côte nord et le golfe de Milazzo.

A l'est, Messine et son port face à la côte calabraise.

Monte Antennammare - Vue sur la côte nord
Monte Antennammare - Vue sur les montagnes et la côte nord
Monte Antennammare - Vue sur le détroit de Messine
Monte Antennammare - Vue sur Messine et la côte calabraise

Après avoir déjeuné dans ce bel environnement, nous redescendons jusqu'à Messine pour retrouver le bord de mer puis nous longeons la côte vers le sud. Nous nous arrêtons à la plage de Nizza di Sicilia pour nous baigner dans les eaux de la mer ionienne.

En soirée, nous nous installons pour le bivouac sur un petit parking en terrasse au pied de la ville de Taormina. L'endroit parait cool, du moins jusqu'à ce qu'un groupe de jeunes vienne y faire du rodéo en voiture. Pas de casse à signaler. Tout va bien.

J12

TAORMINA

Taormina - Sentier qui grimpe à la vieille ville

Pour rejoindre la vieille ville perchée à 200 m au-dessus de la mer, nous empruntons un sentier escarpé au terme duquel nous entrons dans le parc de la Villa communale. Une allée en balcon longe la mer en offrant de magnifiques vues sur l'Etna et sur la côte.

Taormina - Vue sur l'Etna et la ville depuis le jardin de la Villa communale
Taormina - Vue sur la mer depuis le jardin de la Villa communale
Taormina - Vue sur l'Etna depuis le jardin de la Villa communale
Taormina - Jardin de la Villa communale
Taormina - Statues dans le jardin de la Villa communale
Taormina - Cactus dans le jardin de la Villa communale
Taormina - Terrasse du jardin de la Villa communale
Taormina - Jardin de la Villa communale

Mais c'est depuis le Teatro Greco (théâtre grec), au sommet de la ville que l'on jouit de la vue la plus belle et la plus étendue.

Taormina - Teatro Greco
Taormina - Teatro Greco
Taormina - Teatro Greco
Taormina - Vue sur la côte depuis le Teatro Greco
Taormina - Vue sur la côte depuis le Teatro Greco
Taormina - Vue sur Castelmola

L'artère principale de la cité est le Corso Umberto qui s'étire de la Porta Messina à la Porta Catania en passant par la Piazza Vittorio Emanuele. C'est dans cet espace piétonnier et dans les ruelles adjacentes que déambulent les nombreux visiteurs attirés par les charmes de Taormina.

Taormina - Corso Umberto et Porta Messina
Taormina - Escalier du Museo della Pasta
Taormina - Corso Umberto
Taormina - Balcon dans le Corso Umberto
Taormina - Corso Umberto
Taormina - Chiesa di Santa Caterina d'Alessandria et Palazzo Corvaja
Taormina - Marionnettes siciliennes
Sicile - Taormina - Exposition à l'office du tourisme
Sicile - Taormina - Exposition à l'office du tourisme
Sicile - Taormina - Exposition à l'office du tourisme
Taormina - Corso Umberto
Taormina - Piazza IX Aprile
Taormina - Porte cochère
Taormina - Balcon
Taormina - Pots de fleurs en forme de bustes
Taormina - Vespa

PIANO PROVENZANA

Piano Provenzana

Dans le but de visiter l'Etna demain, nous montons nous installer pour la nuit sur un des parkings de la station de ski de Piano Provenzana située à 1800 m d'altitude, sur le versant nord du volcan.

Un paysage lunaire. Nous sommes entourés de champs de lave. Quelques squelettes d'arbres dénudés émergent de la lave destructrice tandis que le vert tendre de jeunes pins montre que la végétation renaît de ses cendres.

Piano Provenzana
Piano Provenzana

La station est déserte. Nous finissons par apprendre que les excursions depuis le versant nord ne se font plus depuis deux ans.

J13
J13
Piano Provenzana

La nuit a été très calme auprès du volcan. Toutefois, si l'on en juge par la fumée que nous voyons sortir du sommet à notre réveil, celui-ci ne dort que d'un œil. Par chance, il ne s'est pas réveillé pendant notre sommeil.



Versant sud de l'Etna

Pour rejoindre le refuge Sapienza, côté sud, Il nous faut faire un détour de 42 km.

Après être redescendus au pied du volcan, nous remontons le versant sud. Petit à petit, le cône volcanique et son panache de fumée émergent du paysage.


Excursion au versant sud avec Etna Touring


Des excursions sont organisées depuis le refuge Sapienza, situé à 1900 m d'altitude.

La première partie s'effectue en téléphérique jusqu'à 2500 m.

Puis un bus 4 x 4 nous emmène à 2900 m.

Funivia dell'Etna
Parco dell'Etna - Bus 4X4

La suite du parcours s'effectue à pied, obligatoirement avec l'accompagnement d'un guide.

Excursion au versant sud avec Etna Touring
Etna - Cratère sud-est
Excursion au versant sud avec Etna Touring

Après avoir traversé des coulées de lave (éteintes bien sûr), nous cheminons au pied des cratères sommitaux desquels s'échappent d'importants nuages de fumée. L'activité volcanique a repris ces derniers jours et il ne sera pas possible de monter jusqu'à la crête.

Etna
Etna
Etna

Par moments, une forte détonation se fait entendre. Le volcan crache une gerbe de pierres volcaniques dans un panache de fumée sombre. Le spectacle est impressionnant. La prudence s'impose et il convient bien sûr de rester à bonne distance.

Etna - Eruption de pierres volcaniques
Etna - Eruption de pierres volcaniques

Nous redescendons vers notre point de départ à côté duquel se situe un petit cratère moins dangereux dont on peut faire le tour sans problème.

Etna - Crateri barbagallo
Etna - Sur la crête du Crateri barbagallo
Etna - Sur la crête du Crateri barbagallo

Nous dévalons ensuite la pente de ce cratère, puis nous cheminons à l'intérieur d'un tunnel de lave. Ce genre de tunnel est créé par la coulée volcanique qui se refroidit en surface en formant une croûte solide mais dont le cœur est resté fluide. A la fin de l'éruption, la cavité se vide en laissant subsister une galerie.

Etna - Versant sud du Crateri barbagallo
Etna - Tunnel de lave
Etna - Tunnel de lave

Plus loin, notre guide nous montre une bombe volcanique.

Etna - Bombe volcanique
Etna - Bombe volcanique

Puis il nous conduit à un point de vue sur la Valle del Bove (vallée du bœuf), une énorme dépression, située sur le flanc est du volcan, dont le fond est recouvert par des champs de lave.

Etna - Valle del Bove
Etna - Point de vue sur la Valle del Bove

Nous rejoignons la gare du téléphérique que nous prenons pour retourner au parking du refuge Sapienza où nous passons la nuit.

J14
Etna - versant sud

Comme la veille sur le versant nord, la deuxième nuit passée auprès du volcan fut également tranquille.

Mais quelques explosions matinales nous font prendre conscience que ce n'était peut-être pas l'endroit le plus sûr au monde pour bivouaquer.

Un dernier coup d'œil vers le sommet avant d'entamer la descente sur Catane.

CATANE

Tous les matins de la semaine, sur la Piazza Aloneo di Benedetto, se déroule le Marché aux poissons. Grâce au manque de ponctualité légendaire des bus siciliens, le marché est pratiquement terminé lorsque nous y arrivons.

Catania - Marché aux poissons
Catania - Marché aux poissons

De là, nous pénétrons dans le centre historique en suivant des ruelles couvertes de parapluies multicolores.

Catania - Via Gisira

La Piazza del Duomo marque le centre de la ville. Elle est située au début de la Via Etnea, une longue artère rectiligne de 3 km dirigée vers l'Etna. Sur cette place dominée par la cathédrale Sainte Agathe, on trouve la fontaine de l'Eléphant et la fontaine de l'Amenano.

Catania - Piazza del Duomo
Catania - Piazza del Duomo - Cattedrale di Sant'Agata
Catania - Piazza del Duomo - Fontana dell'Elefante
Catania - Fontana dell’Amenano

Autour de la Piazza dell'Università, deux belles cours à découvrir à l'intérieur de l'Université et du Palazzo Sangiuliano. Et aux alentours, les édifices religieux ne manquent pas, entre autres la Basilica della Collegiata et la Chiesa delle Badìa di Sant'Agata.

Catania - Piazza dell'Università
Catania - Cour de l'université
Catania - Cour du Palazzo Sangiuliano
Catania - Basilica della Collegiata
Catania - Via Vittorio Emanuele II
Catania - Chiesa delle Badìa di Sant'Agata

SYRACUSE

Syracuse - Le port


Nous arrivons à Syracuse en fin d'après-midi.

Nous pensions nous poser sur le parking du port, mais les camping-cars n'y sont pas admis. Nous nous rabattons sur l'aire camping-car un peu plus éloignée de la vieille ville.

J15

SYRACUSE

Siracusa - Santuario della Madona delle Lacrime

Le bus navette censé nous conduire au centre historique n'est pas passé hier soir, mais nous tentons notre chance ce matin. Fatigués d'attendre nous décidons finalement de partir à pied.

Le long de la route, se dresse une énorme structure conique en béton armé. Il s'agit du Santuario della Madona delle Lacrime.


Après avoir franchi le Pont Umbertino, nous arrivons à Ortigia, le quartier historique de la ville.

Siracusa - Ortea Palace Luxury Hotel, à l'entrée d'Ortigia
Siracusa - Tempio di Apollo
Siracusa - Camera di Commercio, Industria, Artigianato e Agricoltura

Ortigia, entourée par la mer ionienne, est en fait une île reliée par deux ponts au reste de la ville.

Siracusa - Lungomare d'Ortigia, côté est
Siracusa - Ortigia - côté ouest

Nous pénétrons dans la vieille ville par la Porta Marina, puis nous débouchons sur la grande place de la cathédrale autour de laquelle nous découvrons les magnifiques palais et monuments qui constituent la richesse architecturale et culturelle de Syracuse.

Siracusa - Porta Marina
Siracusa - Piazza Duomo
Siracusa - Via delle Carceri Vecchie
Siracusa - Teatro Comunale
Siracusa - Balcon
Siracusa - Palazzo Beneventano del Bosco
Siracusa - Piazza Archimede - Fontana Diana
Siracusa - Fontana Diana
Siracusa - Piazza Minerva

NOTO

Noto

En milieu d'après-midi nous arrivons à Noto, située à 37 km de Syracuse. Dominant la vallée de l'Asinaro, la ville s'étend sur un plateau où les monuments de style baroque se succèdent le long d'une ligne est-ouest, comme pour suivre le mouvement du soleil qui met en valeur la couleur ocre de la pierre.

Depuis le haut de la ville, nous cherchons notre chemin dans un dédale d'escaliers et de ruelles. Mais où vont ces touristes par cette chaleur, s'interroge un chien par une fenêtre ? Il est vrai qu'il n'y a pas foule dans la Via Camillo Benso Conte di Cavour dans laquelle nous débouchons. Pourtant les monuments ne manquent pas de part et d'autre de cette rue tout en longueur.

Noto - Chien dans la Via Mandraro
Noto - Via Camillo Benso Conte di Cavour
Noto - Palazzo di Lorenzo Castelluccio
Noto - Chiesa Santa Caterina
Noto - Palazzo di Giustizia
Noto - Chiesa di Montevergine

Dans la Via Nicolaci, rue perpendiculaire qui descend sous l'église de Montevergini, le Palazzo Nicolaci di Villadora affiche ses balcons soutenus par de magnifiques consoles sculptées

Noto - Balcon du Palazzo Nicolaci di Villadorata
Noto - Via Corrado Nicolaci
Noto - Balcon du Palazzo Nicolaci di Villadorata

En bas de la rue, nous entrons dans l'église San Carlo. De l'intérieur, nous accédons au campanile du haut duquel on jouit d'une très belle vue sur la cathédrale.

L'imposante Cathédrale San Nicolò est perchée au-dessus d'un large escalier. A ses pieds, le Palazzo Ducezio qui accueille l'hôtel de Ville. A côté de la cathédrale, l'église San Francesco d'Assisi all'Immacolata et le monastère de San Salvatore.

Nous flânons un peu sur le Corso Vittorio Emanuele III, l'artère principale du centre historique avant de remonter dans les hauteurs de la ville.

Noto - Triporteur
Noto - Balcon dans la Via Cavour
Noto - Escalier dans la Via Fratelli Bandiera

Il nous reste une trentaine de kilomètres à parcourir jusqu'à la pointe sud-est de la Sicile au Capo delle Correnti où nous avons prévu un bivouac en bord de mer.

J16

CAPO DELLE CORRENTI

Capo delle Correnti

Nous nous réveillons au bord d'une belle plage où les deux mers (Méditerranée et ionienne) se rejoignent. D'où le nom Capo delle Correnti (cap des courants) et Isola delle Correnti, pour l'île qui lui fait face.

L'eau est chaude et transparente. Idéal pour une baignade avant de prendre la route en direction de Raguse.

Nous traversons la région que l'on nomme le " TRIANGLE BAROQUE ".

Suite à un puissant tremblement de terre en 1693, huit villes du sud-est de la Sicile ont été reconstruites conformément au style baroque tardif de l'époque. C'est le cas de Raguse mais également de Noto, Modica et Caltagirone pour ne citer que les plus connues.

RAGUSE

Ragusa - Cathédrale San Giovanni

En camping-car, pas facile de se garer en dehors du parking situé tout en haut de la ville. Nous n'avons pas ménagé nos efforts pour trouver le bus censé descendre à la ville basse (la plus ancienne). Mais une fois de plus, nous devons nous résigner à partir à pied pour traverser la ville haute.

Au passage, nous jetons un coup d'œil à la cathédrale San Giovanni, de style baroque.

Plus bas, nous arrivons au-dessus de l'église Santa Maria delle Scale (Sainte Marie des Escaliers) qui marque l'entrée de Ragusa Ibla, la ville basse.

Ragusa - Au-dessus de l'église Santa Maria delle Scale

Depuis la terrasse de l'église, on découvre Ragusa Ibla qui s'étend sur une longue butte. Contrairement à la ville haute avec ses rues rectilignes, la ville basse présente un enchevêtrement de ruelles que l'on devine à peine sous ce fouillis de toits de tuiles.

Ragusa Ibla
Sicile - Ragusa Ibla - Chiesa di Santa Maria dell'Itria

Nous nous enfilons dans la vieille ville par un dédale d'escaliers et de petites ruelles qui serpentent entre les nombreux palais et églises dans une ambiance à la fois médiévale et baroque.

Ragusa Ibla - Escalier vers la Chiesa di Santa Maria delle Scale
Ragusa Ibla - Palazzo della Cancelleria et Chiesa di Santa Maria dell'Itria
Ragusa Ibla - Palazzo della Cancelleria (ou Palazzo Nicastro)
Ragusa Ibla - Chiesa di Santa Maria dell'Itria
Ragusa Ibla - Statue sur le Palazzo Cosentini
Ragusa Ibla - Chiesa Anime Sante del Purgatorio
Ragusa Ibla - Salita Commendatore

Notre visite se termine en bas de la ville sur la Piazza Duomo, une grande place tout en longueur dominée par la cathédrale San Giorgio.

Ragusa Ibla - Piazza Duomo

Pour remonter, nouvelle tentative pour prendre le bus navette. Ne le voyant pas venir, nous décidons de prendre un taxi. Comme par hasard, le bus arrive après que le taxi ait démarré.

Nous continuons notre route jusqu'à Caltagirone et nous arrêtons sur le parking proche de la ville, pensant y faire étape pour visiter demain matin. Mais la fréquentation et la propreté des lieux nous dissuade d'y passer la nuit. Finalement, nous faisons étape une trentaine de km plus loin à proximité de Piazza Armerina.

J17

SANTUARIO DI PIAZZA VECCHIA

Vue sur la vallée depuis le belvédère du Santuario di Piazza Vecchia

Hier soir nous avons pris par erreur une petite route étroite qui grimpait et s'achevait sur le parking de ce sanctuaire. Bien nous en a pris, car la nuit a été très calme et, au petit matin, pour ajouter au charme des lieux, les rayons du soleil levant percent la brume dans la vallée.

Ce matin, nous allons visiter la villa romaine du Casale, un site classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Ce site très visité n'étant situé qu'à quelques kilomètres, nous nous y rendons dès l'ouverture pour éviter la foule.

VILLA ROMANA DEL CASALE

Cette villa romaine date de la fin du 3e siècle. Elle aurait appartenu à l'empereur Maximilien et aurait été ensevelie par une coulée de boue au 12e siècle. Des fouilles réalisées au cours du siècle dernier ont permis de mettre au jour de splendides fresques de mosaïques, témoignages archéologiques de la Sicile romaine. Des constructions recouvrent la villa dans le but de protéger ces vestiges et la visite s'effectue sur des passerelles qui relient les différentes salles, ce qui gâche l'esthétique du site. Mais la richesse exceptionnelle des mosaïques justifie à elle seule la visite.

Villa Romana del Casale - Le Péristyle
Villa Romana del Casale - Salle de la Petite Chasse
Villa Romana del Casale - Chambre de la Scène érotique
Villa Romana del Casale - Mosaïques autour du Péristyle
Villa Romana del Casale - Transport du gibier capturé
Villa Romana del Casale - Enfant sur un bige tiré par des échassiers
Villa Romana del Casale - Salle des Jeunes Filles en bikini
Villa Romana del Casale - Médaillon dans la Chambre de la Scène érotique
Villa Romana del Casale - Hauts personnages supervisant la capture du gibier
Villa Romana del Casale - L'Atrium des Petits Pêcheurs

PIAZZA ARMERINA

Située à proximité de la Villa Romane del Casale, la ville de Piazza Armerina que nous traversons est dominée par une grande cathédrale baroque..


Piazza Armerina

ENNA

Posée sur un plateau à 948 m d'altitude, la ville d'Enna occupe avec sa forteresse un site stratégique. Le Rocca di Cerere, promontoire rocheux situé à l'extrémité est de la ville, offre un très beau panorama sur la ville, sur le Castello di Lombardia, et du côté nord sur la ville de Calascibetta perchée sur son rocher.

Enna, vue depuis le Rocca di Cerere
Le Castello di Lombardia, vu depuis le Rocca di Cerere
Calascibetta, vue depuis le Rocca di Cerere

VALLÉE DES TEMPLES

Ce que l'on nomme improprement la " Vallée " des Temples est en fait une crête le long de laquelle sont alignés une dizaine de temples. Ils ont été construits au 5e siècle av. J.C. Il est conseillé de visiter le site en fin d'après-midi, lorsque le soleil descendant donne à la pierre des tons chauds et dorés. Nous effectuons la visite en suivant la Via Sacra d'est en ouest.

Nous commençons par le TEMPIO DI GIUNONE (Junon) situé au point culminant de la colline.

Valle dei Templi - Tempio di Giunone
Valle dei Templi - Tempio di Giunone
Valle dei Templi - Tempio di Giunone

Puis nous descendons en longeant la muraille d'enceinte, du moins ce qu'il reste du mur de 12 km qui entourait la ville.

Valle dei Templi - Vue sur lla muraille d'enceinte et le Tempio della Concordia
Valle dei Templi - Muraille d'enceinte

Nous arrivons au TEMPIO DELLA CONCORDIA (Concorde), le mieux conservé.

Valle dei Templi - Tempio della Concordia
Valle dei Templi - Tempio della Concordia

Devant le temple, une énorme statue d'Icare tombé, œuvre de l'artiste franco-polonais Igor Mitora.

Statue d'Icare tombé, par Igor Mitora, devant le Tempio della Concordia

Un peu plus bas, le TEMPIO DI ERCOLE (Hercule), le plus ancien dont il ne subsiste que huit colonnes.

Valle dei Templi - Tempio di Ercole
Valle dei Templi - Tempio di Ercole

Nous terminons par le TEMPIO DEI DIOSCURI (Dioscures) ou TEMPIO DI CASTORE E POLLUCE (Cator et Pollux) dont les quatre colonnes restantes se profilent au soleil couchant.

Valle dei Templi - Tempio di Castore e Polluce

Le stationnement nocturne n'étant pas autorisé sur le parking de la Vallée des Temples, nous rejoignons une aire camping-car en bord de mer au-dessus de Scala dei Turchi.

J18

SCALA DEI TURCHI (Escalier des Turcs, en référence aux sarrasins qui y menèrent de nombreux raids)

Sur cette portion de la côte, la mer et l'érosion ont laminé les falaises constituées d'un mélange d'argile et de calcaire.

Scala dei Turchi
Scala dei Turchi

Pour aller au pied des falaises depuis l'aire camping-car, il suffit de traverser la route et prendre le sentier qui descend à la mer. Après avoir longé la plage de sable, nous déambulons sur les terrasses formées par cet étonnant pan de marne blanche qui descend en pente douce vers la mer. L'endroit est idyllique et l'eau de la mer est trop bonne pour reprendre la route immédiatement. Nous passons la matinée à la plage.

Scala dei Turchi
Scala dei Turchi
Scala dei Turchi
Scala dei Turchi

Dans l'après-midi, nous suivons la route côtière vers l'ouest jusqu'à Eraclea Minoa. Petite pause café au-dessus des falaises à côté du site archéologique que nous n'avons pas le temps de visiter. Puis nous nous dirigeons vers l'intérieur de l'île dans le but de faire étape dans un village de montagne.

CALTABELLOTTA

Caltabellotta

La route grimpe pour atteindre le village de Caltabellotta. Depuis les lacets de la route, nous apercevons le piton rocheux (949 m) qui domine ce village accroché à la montagne.

Pour notre bivouac, nous trouvons un bel emplacement en terrasse qui surplombe le village.

Caltabellotta
Caltabellotta
J19

CALTABELLOTA

Les ruelles sont trop étroites pour pouvoir traverser le village en camping-car et se rendre à la Chiesa Madre (cathédrale) au sommet du village (côté ouest). Il nous faut monter jusqu'au monastère San Pellegrino (côté est) puis contourner l'éperon rocheux par le nord. La petite route est en sens interdit, mais les locaux l'empruntent sans sourciller. Alors pourquoi pas nous ?

Caltabellotta - Monastère San Pellegrino
Caltabellotta - Chiesa Madre
Caltabellotta - Chiesa Madre

Le belvédère proche de la Chiesa Madre, offre un panorama splendide sur le village et la mer dans le lointain. A proximité, les ruines d'un château normand se dressent sur le pic rocheux.

Caltabellotta - Vue depuis le belvédère vers la Chiesa Madre
Caltabellotta - Vue sur le pic depuis le belvédère vers la Chiesa Madre

Un escalier très raide permet d'accéder aux ruines et au sommet du pic où l'on bénéficie d'une vue plus hautaine à 360°.

Caltabellotta - Ruines du château normand
Caltabellotta - Escalier montant au pic rocheux
Caltabellotta - Vue depuis le sommet du pic rocheux

Pour repartir, pas d'autre issue que de reprendre la route de contournement en sens inverse. Elle est aussi interdite dans ce sens. Bizarre !

Au bas du village, en le quittant, nous voyons au bord de la route d'étranges ouvertures creusées dans la falaise. Il s'agit de nécropoles sicanes qui datent du 13e siècle av. J.C.

Il nous reste une vingtaine de kilomètres pour redescendre vers la mer par une petite route pittoresque.


SCIACCA

Depuis la jetée, nous admirons cet alignement de maisons jaune ocre qui s'enchevêtrent sur les pentes de cette ville posée en balcon au-dessus de son port de pêche (un de ses principaux centres d'activité).


Nous poursuivons vers l'ouest par une petite route de campagne parallèle à la mer.

Il faut parfois se frayer un chemin à travers les troupeaux.


SÉLINONTE

Selinunte - Temple E

Ce site archéologique se compose de plusieurs temples grecs dispersés sur des collines au-dessus de la mer. Ils ont été désignés par des lettres car on ne sait pas avec certitude à qui ils étaient consacrés. Nous débutons la visite par la colline orientale où sont regroupés les temples E, F et G.


Le premier qui apparait est le Temple E (15 colonnes dans la longueur, 6 dans la largeur) dédié à Héra, construit au 5e siècle av. J.C.

Selinunte - Temple E
Selinunte - Temple E
Selinunte - Temple E

Derrière lui, le Temple F en ruine, plus petit et probablement dédié à Athéna.

Selinunte - Temples F et E
Selinunte - Temple F
Selinunte - Temple F

Le Temple G, probablement dédié à Apollon ou à Zeus était le plus imposant (17 colonnes dans la longueur, 8 dans la largeur), mais ce n'est plus qu'un tas de ruine. Les colonnes mesuraient 16 m de haut et 3,50 m de diamètre.

Selinunte - Temple G

Dans le quartier de l'Acropole, plus à l'ouest, on trouve le Temple C, le plus ancien (6e siècle av. J.C.), dont il subsiste une rangée de colonnes et le Temple A, en ruines.

Selinunte - Temple C
Selinunte - Temples A et C
Selinunte - Temple A

Du haut de la colline, on domine la plage (Spiaggia di Calannino).

Nous rejoignons ensuite le Capo Granitola où nous faisons étape en bord de mer.

J20

CAPO GRANITOLA

Capo Granitola

Le Sirocco s'est levé pendant la nuit. Il a fallu changer l'orientation du camping-car pour réduire la prise au vent.

Pas de baignade matinale aujourd'hui. La mer est un peu trop agitée.

Nous suivons la route côtière direction nord-ouest.


MAZZARA DEL VALLO

Mazzara del Vallo - Port-chenal

Du fait de son héritage sarrasin, Mazzara del Vallo est considérée comme la ville la plus orientale des villes italiennes. Elle abrite également un des ports de pêche les plus influents d'Italie. Le matin, l'activité se concentre autour du port-chenal. A l'intérieur de cette cité où le tourisme est peu développé, il règne une atmosphère authentique et de belles choses sont à découvrir.

Il faut pousser la porte de l'église San Francesco pour y admirer son décor baroque exceptionnel.

Mazzara del Vallo - Entrée de l'église San Francesco
Mazzara del Vallo - Intérieur baroque de l'église San Francesco
Mazzara del Vallo - Décors baroques de l'église San Francesco
Mazzara del Vallo - Orgue de l'église San Francesco
Mazzara del Vallo - Chaire de l'église San Francesco

Il faut également flâner dans le quartier de la Casbah dont les ruelles ont été décorées par des céramiques qui illustrent la vie et l'histoire de la ville.

Mazzara del Vallo - Plan de la vieille ville en mosaïque
Mazzara del Vallo - Mosaïque dans la Via Pescatori
Mazzara del Vallo - Mosaïque sur l'histoire de la ville
Mazzara del Vallo - Mosaïque d'un combat de cavaliers
Mazzara del Vallo - Mosaïque sur le pressage du raisin
Mazzara del Vallo - Mosaïque dans la Via Carlo Agostino

La Piazza della Republica qui marque le cœur de la cité est bordée de chaque côté par des édifices monumentaux. A l'arrière plan, la cathédrale dominée par ses trois dômes et son campanile.

Mazzara del Vallo - Piazza della Republica
Mazzara del Vallo - Piazza della Republica
Mazzara del Vallo - Cathédrale
Mazzara del Vallo - Entrée de la Cathédrale
Mazzara del Vallo - Cathédrale - Sculpture de Roger 1er terrassant un musulman
Mazzara del Vallo - Intérieur baroque de la Cathédrale

Nous poursuivons notre route qui passe par Marsala, ville mondialement connue pour pour son vin liquoreux, puis nous suivons la Route des Salines. qui longe une grande lagune classée réserve naturelle.

LAGUNO DELLO STAGNONE

Cette lagune occupe un espace de 2000 ha délimité par Isola Grande, une grande île parallèle à la côte. De nombreuses salines s'y sont développées en raison de ses eaux peu profondes très salées. Quelques îlots émergent de la lagune dont l'île de Mozia qui fait l'objet d'excursions en bateau.

Laguno dello Stagione - Salines
Laguno dello Stagione - Salines
Laguno dello Stagione - Salines

Dans la partie nord de la lagune, le plan d'eau attire les amateurs de kitesurf, dont les voiles se balancent dans le ciel au-dessus de la silhouette des îles Egades.

Laguno dello Stagione - Kitesurf face aux îles Egades

Nous terminons la journée vers la Torre di Nubia, à côté de la saline du même nom.

J21

SALINE DI NUBIA

C'est notre dernier jour sur l'île. Juste le temps d'aller visiter le musée du sel à la Saline di Nubia, proche de notre lieu de bivouac et proche également de Trapani notre port d'embarquement.

Saline di Nubia
Saline di Nubia - Musée du sel
Saline di Nubia
Bateau de Corsica Ferries entrant dans le port de Trapani


Alors que nous déjeunons dans le camping-car, nous apercevons le bateau de Corsica Ferries qui entre dans le port.

Il est temps de rejoindre Trapani pour les formalités d'embarquement.


TRAPANI

Nous embarquons à bord du Mega Express 2 en direction de Toulon que nous devons atteindre demain dans la matinée.

Adieu la Sicile !

Trapani - Embarquement sur le Mega Express 2
Départ en ferry du port de Trapani
• • •

Pour conclure :

Une île merveilleuse avec une riche diversité de paysages :

  • des golfes, des caps, des archipels, des plages de sable, des criques, des lagunes qui se succèdent le long des côtes des trois mers (Thyrrhénienne, Ionienne et Méditerranée)
  • des montagnes et des collines qui occupent 85% de la surface de l’île
  • des volcans en activité
  • des parcs et des réserves naturelles

Un patrimoine architectural et culturel exceptionnel apporté par les civilisations qui se sont succédées depuis l’antiquité sur ces terres bénies des Dieux :

  • de nombreux temples et sites antiques
  • des villes remplies de magnifiques palais, monuments et églises
  • des petits villages fortifiés perchés sur des éperons rocheux

En septembre, il fait encore très chaud mais c’est supportable. La mer est agréable et l’eau transparente.

Deux points négatifs qui gâchent un peu le tableau. Il suffit de le savoir et on finit par s’y habituer :

  • des poubelles qui débordent et des ordures qui s'étalent au bord des routes
  • des services de bus dans les villes sur lesquels on ne peut pas compter

Quelques conseils pour circuler en camping-car :

  • rester vigilant, car les règles de conduite habituelles (priorité, feux rouges, stops, stationnement) ne sont pas vraiment respectées
  • ne pas s’engager dans les centres historiques des villes ou villages en raison de l’étroitesse des rues et des ZTL (zones à trafic limité).
• • •

Ce récit vous a plu ?

N'hésitez pas à laisser un petit commentaire ou à vous abonner à mon blog.

Pour découvrir d'autres destinations dans mes carnets de voyage --> CLIC

A bientôt pour de nouvelles aventures...😀